Et à l’étranger, comment ça marche le covoiturage ?

En France, le covoiturage est devenu une pratique courante. Pour des raisons, économiques, sociales ou écologique, les covoitureurs y ont recours pour les longs voyages mais aussi pour les trajets du quotidiens, entre leurs domicile et leur lieu de travail.
Mais qu’en est-il de cette pratique à travers le monde ?

Selon les pays et les cultures, le covoiturage est pratiqué pour diverses raisons. Dans les pays en voies de développement (Asie du sud-est, Afrique, etc.) il existe depuis longtemps, principalement pour des raisons économiques et s’organise de façon informelle.

Dans les pays développés et de grande superficie comme en Amérique du Nord par exemple, le covoiturage a plus de mal à s’implanter. Tout d’abord à cause d’une distance élevée entre les villes mais aussi car le coût des carburants est plus faible. On observera un autre type de transport qui rencontre plus de succès : les chauffeurs de taxis à la demande.

Néanmoins, les États-Unis et le Canada font preuve d’un effort considérable pour développer la pratique du covoiturage. On retrouve des campagnes de communication datant des années 1940 valorisant l’auto-partage.

 covoiturage-etat-unis-camapagnes  covoiturage-etat-unis-camapagnes

 

LES « VOM LANES »

voies reservées covoiturageAfin d’encourager le covoiturage, certains pays ont créé des voies réservées aux VOM, « Véhicules à Occupation Multiple ». On les trouve principalement aux États-Unis dans les grandes métropoles (abrégées «HOV lanes» pour High-Occupancy Vehicles lanes), mais également au Canada ( avec plus de y a 4 000 km de voies réservées), en Nouvelle-Zélande et en Australie. C’est beaucoup plus rare en Europe où seule une poignée de villes en dispose (Madrid, Leeds et Bristol).

LE « SLUGGING » OU LE CONCEPT DE LIGNE DE COVOITURAGE AMÉRICAIN

L’idée est simple : des automobilistes récupèrent à des arrêts fixes des passagers qu’ils ne connaissent pas pour des trajets prédéfinis. Ce sont des sortes de lignes de voitures. C’est souvent gratuit pour le passager et la principale motivation pour le conducteur est de pouvoir utiliser les voies réservées aux véhicules à occupation multiple.

En France, il n’existe pas encore de voies réservées au covoiturage, même si des réflexions à ce sujet sont actuellement menées dans différentes régions. Néanmoins, de nombreuses entreprises ou collectivités proposent des dispositifs de mise en relation de covoitureurs pour favoriser cette pratique.

Et vous ? Avez-vous déjà pensé à partager vos trajets quotidiens sur Covoiturage Grand Lyon ?

______________________

Crédits :
Chadians ride on the back of a lorry on the outskirts of Abeche in western Chad (Time.com)
U.S. National Archives and Records Administration

 

Cet article a été publié dans Covoiturage Grand Lyon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.